Skip links
Published on: Tendances

La révélation en cuisine ! CHOCO

La semaine dernière, la startup Choco levait 82,5 millions d’euros dans le but de digitaliser la relation restaurants-fournisseurs en France et en Europe. Un de leur confrère, Collectiv Food, annonçait la même semaine lever 16m$.

Choco fournit une plateforme numérique reliant les restaurants et leurs fournisseurs afin d’optimiser la chaîne d’approvisionnement alimentaire et promet de faire gagner jusqu’à 3 heures par semaine.

L’outil est gratuit et sans engagement. Seule l’intégration aux logiciels de gestion du restaurateur est payante (il y a fort à parier que l’entreprise tirera une partie de ses revenus grâce aux remises fournisseurs une fois que les volumes d’achats auront atteint un seuil suffisant).

–> Côté restaurateur, l’exploitant choisit dans la liste des fournisseurs proposée, mais peut aussi ajouter ses propres fournisseurs. Une fonctionnalité permettant également de contacter directement le fournisseur via l’application. Outre les avantages logistiques, grâce à l’accès direct aux listes de produits ou cadences du restaurateur, l’outil permettrait aussi de réduire le gaspillage alimentaire.

–> Côté fournisseurs, l’outil diminue le traitement des commandes, réduit les risques d’erreurs et propose une vraie expérience de commande.

Insight Depur Expériences : largement accélérée par la crise de la Covid-19, la transformation digitale du restaurant continue !
Secteur longtemps à la traîne sur le plan digital, ce mouvement traverse le passe-plats pour proposer des outils en back office.

Métier de “centimier” aux marges plus faibles que dans beaucoup d’autres secteurs d’activité et ratios de gestion plus sensibles à n’importe quel souffle d’air, ces outils permettent au restaurateur de se recentrer sur le service, pierre angulaire du métier de restaurateur.
C’est l’ensemble de la chaîne de valeur qui se voit dotée d’outils de gestion, là où auparavant le bon vieux bloc de papier tenait le haut du pavé.

L’étape ultime ? L’intégration transverse de ces outils pour arriver, à terme, à une centralisation intégrale du métier, où l’activité sera pilotée depuis un seul et même tableau de bord.